..:: Planète-Domotique : Le Blog ::..
Actualités Technologies Tous les articles

Google I/O 2015 : des projets pour un monde encore plus connecté

La période actuelle est propices aux conférences du monde du high tech. Ainsi, en ce mois de juin nous pourrons découvrir la conférence Apple où le constructeur devrait aborder des solutions domotique, une conférence qui sera suivie par l’Electronic Entertainment Expo ou E3 (liée plutôt aux loisirs numériques qu’à la domotique).

Mais cette semaine, les regards sont braqués vers Google qui nous a présenté la semaine dernière sa conférence Google I/O 2015. À l’instar de la WWDC d’Apple, la conférence se destine en priorité au développeurs, mais comme c’est là que sont présentés les perspectives d’avenir, les tous nouveaux projets ainsi que l’évolution des projets en cours, la conférence est généralement assez suivi par les amateurs de High Tech.

Conférence Google I/O 2015

Il est clair que Google s’intéresse de près au monde de la domotique, en particulier des objets connectés (Android@Home, le rachat de NEST…). La conférence présentait donc naturellement des innovations qui peuvent directement ou indirectement avoir un gros impact sur la domotique et notre façon d’interargir avec les objets connectés. Petit tour d’horizon de ces projets qui répondent aux noms de Jacquard, Vault, Abacus, Soli ou encore Tango !

Le projet Jacquard : un textile connecté

Un projet dont le nom fait référence à l’inventeur français du métier à tisser semi-automatique. Le projet Jacquard est un partenariat entre Google et le fabricant de jeans Levi Strauss.

Il s’agit de textiles composés de fibres métalliques incrustées dans les matériaux qui composent les vêtements d’aujourd’hui. Les fils seront reliés à de minuscules circuits électroniques, capable de récupérer diverses données pour les transmettre au smartphone de l’utilisateur.

Comme c’est un projet, tous les détails de fonctionnement n’étaient pas précisés, mais il y a de fortes chances pour que la technologie radio utilisée soit Bluetooth Low Energy. Et comme c’est un textile qui est présenté, la solution sera applicable à tout ce qui peut être fait dans cette matière : jean, mais aussi veste en jean, sac à main, etc.

La finalité ? Des textiles sensibles au toucher et au mouvement, ce qui permettrait par exemple le contrôle d’objets connectés ou de votre smartphone à distance, juste en touchant certaines parties d’un vêtement.

Project Soli : une puce ultracompacte capable de lire des mouvements très précis

La détection de mouvement à la vent en poupe, même le prochain système d’exploitation de Microsoft, Windows 10, va proposer d’office une fonctionnalité de reconnaissance faciale. Google vise une utilisation encore plus nomade, puisque le système capable de lire les mouvements précisément présente une taille très réduite.

Soli permet de reconnaitre les mouvements de doigts avec une haute précision qui jusqu’à maintenant était réservée aux interfaces tactiles et mécaniques. Je vous conseille de jeter un oeil à la vidéo ci-dessous qui présente les capacités de cette technologie, c’est assez bluffant. Cela rappellera à certains le film Minority Report, où le protagoniste pouvait contrôler toute une interface en faisant des mouvements précis avec ses mains. Avec Soli, nous y sommes !

Et comme c’est un dispositif ultracompact, il est possible de le retrouver dans les smartphones, les montres connectés, bref, peut-être que dans une dizaine d’années, nos machines nous obéirons toutes au doigt. Vous voyez-vous déjà faire le « chef d’orchestre » de votre domotique, en contrôlant lampes, volets roulants et consignes de chauffage avec des mouvements précis au milieu de votre salon ?

Tango : comment les tablettes et smartphones pourront voir le monde qui les entourent

Le projet Tango est une technologie embarquée prévue pour smarphones et tablettes. En utilisant un capteur optique 6 Megapixels (de type objectif d’appareil photo sur un smartphone), un capteur de profondeur, et bien sûr tout un système de calcul en temps réel par des processeurs, pour obtenir ce résultat : faire en sorte que la machine puisse avoir une « vision » du monde qui l’entoure en trois dimensions.

Ici, nous sommes un cran au-dessus de la reconnaissance faciale ou de silhouette, la machine peut désormais interprêter complètement son environnement. Ce qui peut être utile pour savoir, par exemple, comment des personnes sont positionnées dans une salle et le nombre de personnes présentes, ou à l’inverse, pour un robot qui peut se déplacer de lui-même, voir quels chemins il peut emprunter, quelles tâches il peut accomplir… Les applications possibles de cette technologie sont nombreuses, qu’il s’agisse de rendre le comportement des automatisme plus « naturel », plus « humain », ou encore créer des applications en réalité augmentée perfectionnées. Cela permet par exemple d’ajouter à la volée des indications directement dans l’environnement, ce qui commence à exister avec des lunettes à écran intégré comme les Google Glass (qui ont d’ailleurs été discrètes lors de cette conférence). Par exemple, vous dirigez votre regard vers une boutique et un restaurant et vous voyez directement les avis des clients, les promotions en cours etc., s’afficher devant vos yeux.

C’est encore à l’état de prototype, mais il est d’ores et déjà question d’un smartphone du constructeur LG, smartphone qui devrait sortir prochainement en intégrant d’office cette technologie. Les applications devraient suivre rapidement car des kits de développement pour fonctionner avec cette technologie sont déjà proposés par Google.

La sécurité numérique : Vault et Abacus

Le Projet Vault a également été évoqué, il s’agit d’une carte MicroSD fonctionnant en totale autonomie (elle embarque un microprocesseur) et permettant de crypter en temps réel ses données. C’est un véritable coffre-fort numérique qui tient dans le creux de la main ! Elle peut également sécuriser les données d’une messagerie instantanée.

Projet Vault de google - sécurisation

Avec la multiplication des objets communiquants, les divers moyens de protection des données échangées (cryptage, chiffrement…) vont être de plus en plus sur le devant de la scène. Il y a déjà beaucoup d’innovations autour du cryptage de données, mais c’est une thématique qui reste encore surtout vers un public averti et bidouilleur. Les solutions comme Vault pourraient permettre au grand public de sécuriser ses données sans devoir faire des recherches et manipulations compliquées.

Le projet Abacus quant à lui (« abacus » est la traduction anglaise de « boulier »), répond à cette problématique : pouvoir reconnaître un utilisateur en permanence, sans avoir à lui demander son mot de passe. Pour cela, l’appareil va apprendre à reconnaître l’utilisateur avec divers paramètres, par exemple la vitesse de frappe sur le clavier. Avec de nombreux critères du même acabit, le système va déterminer un score de confiance. Si le score est faible, l’utilisateur pourra accéder à ses jeux par exemple, sachant qu’un score de confiance élevé sera requis pour les fonctions plus critiques comme les services bancaires mobiles. Ce score de confiance est généré tout au long des journées, et dès que le smartphone ne reconnait plus son utilisateur, il lui demande un mot de passe pour se débloquer. Les smartphones devraient être équipés de cette technologie au fur et à mesure dans les années qui viennent.

Les innovations pour les appareils mobiles : Ara, Android Wear et Brillo

Évidemment, Google a évoqué le son projet de smartphone Ara, déjà dévoilé au public depuis un certain temps. C’est un projet où les utilisateurs peuvent réaliser leur téléphone sur mesure en choisissant divers composants selon leurs besoins. Un test à grande échelle est prévu à Porto Rico cette année, avec un potentiel déploiement à une échelle mondiale par la suite.

Projet Ara de Google, le mobile à composer sur mesure

Google dispose déjà de son propre système d’exploitation pour montre connectée (smartwatch) : Android Wear (le nom évoque que ce système pourra être utilisé dans d’autres objets connectés qu’on peut porter comme vêtement ou accessoires. Gros succès de l’Apple Watch oblige, Google a positionné son système par rapport à ce concurrent, avec la phrase clé : « vous avez le choix » (rapport au fait qu’Android Wear peut équiper les montres connectées de nombreux constructeurs).

Android Wear

Plusieurs nouvelles fonctionnalités pour Android Wear ont été ainsi présentées : le dessin d’emoji directement sur la montre, le contrôle de la montre avec le poignet, et une fonction intéressante appellée « Always On » pour les applications. Always On App est une sorte de semi-veille où les données d’une application son affichées en noir et blanc, économisant ainsi de l’énergie tout en permettant quand même la lecture des informations sur l’écran.

À côté de cela, Google a évoqué Project Brillo, une déclinaison d’Android entièrement dédiée à l’Internet des Objets. Un système qui incluerait nativement une comptabilité avec le protocole de communication Weave utilisé notamment par les objets connectés NEST. Comme il s’agit d’un projet étroitement lié à la domotique, nous évoquerons Brillo et ses perspectives dans un article dédié à ce sujet.

Conclusion

Encore une fois, les grosses entreprises américaines ne manquent pas de pistes d’innovation. Reste bien sûr à trouver des applications concrètes et réalistes dans la vie quotidiennes, car même si certaines idées peuvent paraître révolutionnaires – ce qui semblait de la science-fiction il y a encore 5 ou 10 ans fait aujourd’hui partie du domaine du réel – il n’est jamais évident qu’une technologie soit adoptée dans les mœurs de touche un large public. Cela dit, avec les nombreux objets utilisant Android et avec sa réputation qui reste plutôt positive, Google dispose d’une voie royale pour proposer ses innovations au grand public dans l’espoir de les voir adoptées globalement. Mais rien n’est jamais acquis, l’échec tout récent des Google Glass en est une preuve.

La seule chose qui est indiscutable, c’est que l’avenir nous réserve encore de belles surprises !

0
0
Pierre

Technophile, ludophile et bidouilleur dans l'âme, j'aborde les nouvelles technologies avec passion, curiosité et ouverture d'esprit. Je faisais partie de l'équipe de Planète Domotique de juin 2013 à mai 2017, d'où l'écriture de nombreux articles de blog pendant cette période.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *