Skip to Store Area:

Planète domotique

La découverte de la domotique et de notre maison témoin

Qu'est-ce que la domotique ? La domotique, c'est un ensemble de techniques dont la finalité est de rendre l'habitat "intelligent" : c'est à dire de faire en sorte que sa demeure réponde aux différents besoin de ses habitants, de ses "usagers".

Comme un exemple vaut mieux qu'un long discours, nous avons choisi d'aborder la domotique sous forme d'une installation domotique typique, en imaginant une maison virtuelle équipée avec des technologies et des appareils déjà choisis par de nombreux utilisateurs satisfaits.

Nous suivrons donc les choix de Monsieur Durand, l’habitant de notre maison virtuelle qui vient de rénover celle-ci en y ajoutant des éléments d’automatisation : volets roulants, portail motorisé…


Les bases d'une installation : choix d'une technologie et d'une box

Choix d'une technologie : le Z-Wave

Il existe plusieurs technologies qui permettent aux appareils de communiquer ensemble : radio, courants porteurs en ligne... Comme c'est une nouvelle installation pour M. Durand, il opte pour une technologie radio très répandue : le Z-Wave. Cette technologie propose beaucoup de produits différents disponibles et qui ont l'avantage d'indiquer leur état (par exemple, pour une porte : ouverte/fermée, pour une lampe : allumée/éteinte).

De plus, certains modules Z-Wave dit "routeurs" sont capables d'étendre le réseau Z-Wave dans toute la maison, fonctionnant comme des relais du réseau Z-Wave.

Il est possible d'utiliser plusieurs technologies radio en parallèle : tout dépend de vos besoins et du contrôleur.


Un contrôleur domotique : l'eeDomus

Le contrôleur domotique (aussi appelé serveur domotique ou box domotique) est la pièce centrale d'une installation domotique. C'est avec lui que l'on va "associer" chaque appareil c'est à lui que ces derniers enverront des informations sur leur état, et c'est lui qui permettra de piloter l'ensemble de l'installation, de manière automatique ou manuelle.

Pour le choix du contrôleur, M. Durand se dirige vers l'eeDomus, une box de conception française qui fonctionne très bien avec les produits Z-Wave et a de nombreuses possibilités d'évolution. Elle offre clefs-en-main les fonctions nécessaires pour personnaliser son installation domotique.

L'eeDomus va lui permettre de créer facilement des règles, aussi appelées scénarios ou scènes, qui peuvent déclencher un ensemble d'appareils et de modules, soit lors d'un déclenchement par l'utilisateur, ou soit lorsque certaines conditions sont remplies.

M. Durand branche sa box domotique sur sa box ADSL par câble Ethernet, et ça y est, elle est prête à accueillir ses appareils domotiques !

Il existe d'autres box domotiques selon votre usage et vos équipements domotiques déjà existant, par exemple la ZiBase de Zodianet est capable de gérer certains périphériques Chacon, les volets Somfy RTS... N'hésitez pas à nous contacter pour trouver la box qui vous conviendra le mieux !

Automatisation : éclairage, volets roulants, motorisations, porte de garage...

En terme d'automatisation, la domotique permet de :

  • Centraliser des commandes d'éclairage, de volet roulant...

  • Ajouter une commande radio à un portail électrique

  • Activer une lampe selon un détecteur de mouvement

  • Programmer le fonctionnement des volets, éclairages, etc. en fonction de conditions particulières ou d'un planning prédéfini.


Centralisation et commande à distance de volets roulants

Les modules Fibaro sont des modules Z-Wave conçus pour ajouter à un réseau Z-Wave différents appareils et charges qui n'ont pas encore de contrôle radio.

M. Durand a fait motoriser ses volets roulants, mais ils n'ont pas encore de commande à distance. Il relie un module FGR-221 de Fibaro à chaque motorisation de volets roulants. Les volets roulants peuvent désormais être ouverts ou fermés à la fois par l'interrupteur local et par un signal radio.

Le signal radio en question, peut être soit une télécommande Z-Wave, ou soit tout simplement son propre smartphone : avec l'interface Internet ou l'application de la eeDomus, M. Durand peut en temps réel savoir si les volets sont ouverts ou non, et déclencher une ouverture ou une fermeture complète ou partielle.

Il peut aussi créer des règles pour ouvrir ou fermer les volets roulants à des heures précises, selon la luminosité extérieure, le lever ou le coucher du soleil...

Exemple de "règles" créées sur l'interface de l'eeDomus

M. Durand dispose aussi d'une porte de garage motorisée, avec un bouton poussoir. Comme tout appareil à contact sec, il peut être actionné par un module Fibaro. Ce module peut être réglé pour commander une charge (telle qu'une lampe) en On/Off, mais également lancer une impulsion. Le fonctionnement en mode impulsion va lui permettre de gérer son portail. Grâce à ses deux sorties, le module FGS-221 peut actionner à la fois l'ouverture totale du portail et l'ouverture en portillon.

Les modules Fibaro sont un exemple significatif, mais il existe de nombreux modules actionneurs avec différentes caractéristiques. Certains sont conçus pour être montés dans un tableau électrique en Rail-DIN,

Autres points d'automatisation

Monsieur Durand peut également automatiser son éclairage (selon détection de mouvement, horaire, ou commande manuelle), qu'il s'agisse de lampes classiques, d'un lampadaire ou lampe de chevet branchés sur une prise.

Confort : Chauffage et température

En terme de confort, la domotique permet de :

  • Mesurer température, humidité et CO2 et pouvoir assainir un environnement qui présente des risques pour la santé

  • Gérer son chauffage (par zone, par pièce...) à l'aide de thermostats dont la commande est centralisée à un seul endroit

  • Faire des économies en optimisant le fonctionnement du chauffage et en ne l'utilisant que lorsque c'est nécessaire


Commander les radiateurs...

M. Durand a des radiateurs à fil pilote. Afin de pouvoir les commander à distance, il branche à leur entrée un module FGS-221 et une diode Fil Pilote.

L'utilisation de fils pilotes permet de commander l'activité des radiateurs sans les allumer ou les éteindre brutalement (ce qui peut être néfaste pour l'électronique interne des radiateurs). Selon les modèles de radiateur, le fil pilote peut accepter 4 ou 6 ordres.

Dans une utilisation avec un thermostat de box domotique, seuls deux ordres sont nécessaires : "Confort" et "Éteint". Les autres ordres de fil pilote commandent le radiateur selon son propre thermostat, mais là, tous les ordres et beaucoup d'autres peuvent être créés dans la box et selon le thermostat de la box : il est juste nécessaire d'allumer et éteindre le radiateur, c'est la box qui gère la régulation.

En branchant ainsi un module, on peut transmettre deux ordres au radiateur : soit "Confort" (aucun courant) soit "Éteint"

Dans l'eeDomus, il est possible de directement définir un tel module comme étant actionneur de Fil Pilote.

eeDomus Fil Pilote

Pour en savoir plus, consultez notre tutoriel sur la façon de piloter un radiateur via son Fil Pilote !

... selon la température et l'heure !

Mais le grand avantage de donner à l'eeDomus la possibilité de piloter ses radiateurs, c'est qu'elle est capable de les gérer en totale autonomie !

En plaçant des sondes de température auprès de ses actionneurs de Fil Pilote, M. Durand peut ainsi répliquer une utilisation de thermostat.

Le principe est simple : la box vérifie les températures sur les différentes sondes, et allume ou éteint le radiateur selon le besoin d'augmenter ou de diminuer la température.

Les possibilités d'un tel système sont nombreuses :

  • ● Fixer une température par pièce (chaque pièce doit avoir son radiateur et sa sonde de témpérature)
  • ● Ne chauffer que certaines pièces la nuit, et relancer progressivement le chauffage une heure avant le réveil.
  • ● Diminuer le chauffage pendant la journée (où personne n'est à la maison), et relancer les thermostat aux températures confortable un peu avant de rentrer du travail.

Sécurité : protection domestique et surveillance des intrusions

En terme de sécurité, la domotique permet de :

  • Prévenir les incidents domestiques (inondation, incendie, intoxication par le gaz...)

  • Mettre en place une protection contre les intrusions et identifier les éventuels intrus.

  • Simuler une présence dans la maison lorsqu'on s'absente.


Sécurité domestique : protégez-vous et protégez ceux que vous aimez

Pour les incidents domestiques : M. Durand a placé un détecteur de fumée dans sa cuisine. Derrière le lave-linge, il a placé un détecteur d'inondation, capable de le prévenir en cas de fuite.

En cas de repérage d'un tel problème par les détecteurs, il peut être averti d'une ou plusieurs façons aux choix : SMS, e-mail, ou même déclenchement d'une sirène.

Il peut alors, s'il est chez lui, remédier directement au problème, ou, à distance, éteindre par exemple l'appareil fautif s'il est sur une prise domotisée ou fermer l'arrivé d'eau s'il s'agit d'un début d'innondation.

Sécurité contre les intrusions

Pour beaucoup, la sécurité est avant tout l'affaire d'une centrale d'alarme dédiée.

Mais pour l'utilisateur averti comme M. Durand, créer son système de sécurité à partir d'une box domotique est une excellente solution.

De nombreux détecteurs sont disponibles (détecteurs de présence, d'ouverture, d'effraction...), et on peut régler son système sur mesure et bénéficier d'avantages qui n'existent qu'avec de la domotique.

Ainsi, M. Durand a défini 3 situations précises pour son système d'alarme :


  • Alarme désarmée : il est présent dans sa maison, aucun détecteur ne déclenche l'alarme, il peut cependant utiliser ses détecteurs pour allumer sa lumière par exemple.

  • Alarme armée : tous les détecteurs de mouvement vont déclencher une alerte dès qu'une intrusion est détectée.

  • Alarme avec armement partiel : par exemple quand M. Durand va se coucher : aucun détecteur ne déclenche l'alarme dans la salle de bain ou dans la chambre, mais la moindre intrusion dans la cuisine, le salon ou l'entrée déclenche le système.

Lors de ses vacances en Normandie, M. Durand a mis en place sur sa box un système de sécurité bien différent de celui d'une alarme classique :

Il a programmé des lumières qui s'allument en cas de détection, une détection sélective, de la simulation de présence (en allumant certaines lumières à certaines heures)... des choses qui peuvent dérouter bien des voleurs par rapport aux systèmes habituels.

Certes, M. Durand a bien pris en compte que les box domotiques n'ont pas de fonctions avancées de détection du brouillage radio que propose certaines alarmes haut de gamme. Mais grâce aux fonctions de programmation, il peut détecter la perte de communication avec ses détecteurs, une coupure d'électricité... Un système très évolué qui n'a de limite que son imagination.

La gestion de caméra de vidéo surveillance est aussi un plus par rapport à une alarme standard. En cas de détection de mouvement, l'eeDomus demande à la caméra de prendre une photo et de l'envoyer à un e-mail spécifique pour l'identification de l'urgence d'une situation.

Gestion de l'énergie

En terme de suivi d'énergie, la domotique permet de :

  • Récolter des données sur sa consommation (et éventuellement production) d'énergie.

  • Identifier les habitudes à garder où à modifier pour optimiser son utilisation d'électricité, d'eau, etc.

  • Adopter une attitude positive, non seulement pour votre porte-monnaie, mais aussi pour l'environnement !


Choix d'un outil central pour suivre l'énergie : le WES

Pour suivre l'énergie, il est possible de prendre une solution plus ou moins intégrée à une box (en connectant différents modules). Par exemple, les compteurs électriques récent sont munis de téléinformation qui permet (via un modem téléinformation dédié) de remonter les données dans la box. L'eeDomus gère d'ailleurs ce genre de modem téléinformation.

Comme M. Durand tient à suivre de nombreux points d'énergie de son logement, il opte pour le WES, Web Energie Superviseur. C'est une carte électronique accessible via le réseau local, et qui dispose de nombreuses entrées pour surveiller plusieurs points d'énergie. Ainsi M. Durand peut, grâce à cette carte, surveiller les points suivant :

La téléinformation EDF

Dispositif propre à la France, la téléfinformation permet d'avoir de nombreuses informations sur la consommation électrique : la consommation en elle-même, mais aussi le tarif de consommation, diverses options tarifaires, etc.

Surveillance d'un sous-circuit avec les pinces ampèremétriques

Les pinces ampèremétriques sont souvent choisies . Ce sont des pinces que l'on clipse autour de câbles de phase et qui permettent d'obtenir une estimation très proche de la réalité du courant qui passe dans des câbles de phase. On les utilise généralement dans les installations où le compteur n'a pas de téléinformation, ou pour mesurer des sous-circuits. Là, M. Durand s'en sert pour mesurer l'énergie consommée par sa pompe à chaleur.

Surveillance de la consommation d'eau

Sur son circuit d'eau, M. Durand a relié un compteur à impulsion, lui-même relié au WES par un câble. Chaque impulsion indique le passage d'un litre (il existe des modèles encore plus précis avec des quarts de litres)


Le WES dispose aussi d'une entrée pour sonde de température, que nous n'utilisons pas dans cet exemple (il y a déjà des sondes de température un peu partout dans la maison pour régler le chauffage). Dans l'absolu, nous aurions pu utiliser cette entrée pour sonde de température pour le chauffage (en récupérant ses données dans l'eeDomus).