Dernières nouvelles

Gérer deux points d’éclairage non reliés à partir d’un seul interrupteur

Aujourd’hui, nous vous proposons un guide technique qui s’adresse plutôt aux débutants, mais qui montre qu’il n’est pas compliqué, avec de simples modules communicants, de faire fonctionner deux luminaires ensemble sans faire de câblage compliqué. Il s’agit de regrouper les commandes de deux éclairages distincts sur un seul interrupteur, sans câbler ces deux éclairages ensemble.

Voici la problématique : nous avons deux points d’éclairage, que nous appelons 1 et 2. Le point lumineux 1 dispose d’un interrupteur. Le but que nous recherchons, c’est que lorsque le point lumineux 1 est activé, le point lumineux 2 soit automatiquement activé, et inversement, quand le point lumineux 1 est éteint, éteindre aussi automatiquement le point lumineux 2.

Piloter 2 points lumineux à partir d'un seul inter

Nous abordons ce sujet car nous avons rencontré un cas où il n’était pas possible de câbler directement les deux points d’éclairage ensemble. Cependant, si deux éclairages sont déjà connectés ensemble par un va et vient et que vous souhaitez rendre ce va-et-vient compatible avec de la domotique, je vous propose la lecture de notre article sur la manière de domotiser un va-et-vient.

Branchement deux points d’éclairage avec deux modules 433 MHz

Pour réaliser la connexion entre les deux systèmes, nous avons deux éléments domotiques à utiliser :

Ces deux éléments communiquent en protocole AC 433 MHz, et fonctionnent par un système d’association de code. Ce protocole est utilisé par plusieurs constructeurs, et il est connu comme protocole Chacon/DIO, Orno Smart Living, Intertechno, CoCo… Concrètement, dans ce protocole, chaque émetteur envoie un code unique, et les récepteurs ont un mode d’association qui leur permet d’apprendre des codes venant de ces émetteurs.

Donc un émetteur transmettra toujours le même code radio (ou dans le cas d’une télécommande par exemple, un code radio pour chacun des canaux), auquel est aussi associé une commande (pour la plupart, « ON » et « OFF »). Il peut commander autant de récepteur que nous le souhaitons. Les récepteurs, quant à eux, sont les éléments qui mémorisent les codes radio des émetteurs (ils ont généralement une mémoire pour 6 codes différents). Les récepteurs réagissent en fonction du code et de la commande reçue.

Dans notre cas, le rôle de l’émetteur ITS-23 est d’envoyer un signal lorsqu’il détecte du 230V, nous allons faire en sorte que le contact soit actionné dès que l’interrupteur est basculé.

L’émetteur contact sec ITS-23 est donc branché après l’interrupteur, en parallèle du point lumineux 1. Ainsi, à chaque fois que le point lumineux 1 est allumé, l’ITS-23 déclenche un code radio « ON » (et un code « OFF » quand le point lumineux 1 est éteint).

Le module récepteur on/off est tout simplement branché sur le point lumineux 2. À chaque fois qu’il recevra une trame, il pourra ainsi allumer ou éteindre ce point d’éclairage, selon que la charge est ON ou OFF.

Un interrupteur pour gérer 2 points d'éclairage

 

Pour l’installation de l’ITS-23

L’ITS-23 a deux modes de branchement :

  • le contact sec. Par exemple si vous voulez directement brancher un interrupteur, un détecteur de mouvement ou d’ouverture filaire, etc.
  • la surveillance d’un circuit en 230V. Idéal dans notre cas, où nous voulons que l’émetteur se déclenche quand l’éclairage est actionné, donc alimenté en 230V.

Nous optons donc pour la deuxième méthode de branchement, sur l’entrée 230 VAC. À noter : l’entrée 230 VAC est une entrée surveillée, et non une entrée qui alimente le module. L’alimentation du module est effectuée via une pile bouton à l’intérieur du module (ce qui permet notamment d’émettre le signal quand le courant est coupé).

Branchement de l'ITS-23

Pour l’installation du module récepteur on/off Smart Living

Quant au module récepteur on/off Smart Living, il n’a qu’un mode de branchement, assez simple : un connecteur pour le neutre entrant et sortant, un connecteur pour la phase entrante et un connecteur pour la phase sortante.

Branchement du module on/off SmartLiving

Association des deux éléments en 433 MHz

Il suffit ensuite d’effectuer une association radio entre le module émetteur ITS-23 et le module récepteur sans-fil on/off.

Pour cela, nous éteignons le point lumineux 1, depuis l’interrupteur, puis nous mettons le module récepteur on/off en mode association, en appuyant sur son bouton d’apprentissage à l’aide d’un objet fin :

Association du module SmartLiving de Orno

Lorsque la diode clignote, indiquant que le module récepteur est en mode apprentissage, nous enclenchons l’interrupteur du premier point d’éclairage. Ainsi, le module ITS-23 émet l’ordre « ON » et il est mémorisé dans la mémoire du module récepteur.

Ainsi, l’interrupteur pourra désormais commander le point d’éclairage 2 à distance, tout en continuant à commander le premier point d’éclairage auquel il est relié.

Ce système est indépendant de tout système domotique, vous n’aurez pas besoin d’autres équipements que le module émetteur contact sec et le module récepteur on/off pour faire la mise en place.

Intégration dans un système domotique

Pour ceux que ça intéresse, l’association de ces deux éléments dans un système domotique est possible. Mais ça ne sera que dans certaines limites (que nous aborderons plus bas), et il vous faudra un système domotique qui gère le protocole 433 MHz AC (Chacon/DIO, SmartLiving, Intertechno…).

Quelques exemples de systèmes domotiques compatibles :

N.B. : l’intégration des modules peut être plus ou moins simple d’un système à l’autre.

Cependant, nous parlions de limites pour l’intégration dans une telle box. Effectivement, il y a des limites à connaître :

En mémorisant l’ITS-23 comme récepteur dans votre système domotique, vous aurez un retour d’état sur les points d’éclairage 1 et 2. Comme il n’y a que l’interrupteur physique qui a un effet sur le module émetteur et sur le point d’éclairage 1, vous saurez donc de façon fiable si ce point d’éclairage est allumé ou éteint.

Il y a cependant une nuance à prendre en compte pour le point d’éclairage 2 : comme il dispose d’un récepteur on/off, ce récepteur peut aussi être actionné par un système domotique compatible. Donc l’information reçue dépendra de l’association du récepteur dans votre système domotique.

Exemple d'intégration des deux points d'éclairage

Si le module récepteur on/off n’est pas associé, alors il n’y aura qu’un retour d’état pour les deux points d’éclairage, l’état de l’ITS-23. Comme il n’y a que l’ITS-23 qui actionne le récepteur, cette information sera fiable pour les deux éclairages.

En revanche, si l’ITS-23 et le récepteur on/off sont tous les deux intégrés au système domotique, l’émetteur ITS-23 reste une information juste pour le point d’éclairage 1, mais ne reflète plus l’état du second point d’éclairage. Car le point d’éclairage 2 peut être actionné aussi bien par l’interrupteur relié à l’ITS-23 que par la box domotique. Vous aurez donc un module On/Off s’affichant sur la box pour le second point d’éclairage, mais qui n’indique que la dernière action envoyée par la box.

Donc si vous avez allumé module on/off depuis la box, mais qu’ensuite, quelqu’un a appuyé sur l’interrupteur pour éteindre les deux points lumineux, le Module On/Off apparaîtra comme « allumé » alors qu’il est éteint. Cependant, il est possible dans la plupart des systèmes domotiques de faire en sorte d’avoir une présentation pour le point d’éclairage 2 qui indique la dernière action on/off reçue, qu’elle vienne de l’émetteur ITS-23 ou de la box domotique, ce qui permet d’avoir une information correcte à chaque fois. Mais c’est un autre sujet que nous n’aborderons pas dans cet article.

A propos de Pierre

Technophile, ludophile et bidouilleur dans l'âme, j'aborde les nouvelles technologies avec passion, curiosité et ouverture d'esprit. Je faisais partie de l'équipe de Planète Domotique de juin 2013 à mai 2017, d'où l'écriture de nombreux articles de blog pendant cette période.

4 commentaires

  1. Bonjour,
    Pour avoir le même principe mais en Z Wave, est ce que le Micromodule émetteur Z-Wave HAC01 de EVERSPRING peut remplacer le ITS-23?

    Merci d’avance

    • Bonjour,
      Non, le micromodule émetteur Z-Wave HAC01 n’est pas conçu pour surveiller du 230V comme le ITS-23. Le module HAC01 est prévu pour être relié à un contact sec, donc libre de potentiel, pas une charge en 230V.

      Cependant , pour le cas de gestion de deux éclairages, il peut avantageusement être remplacé par un module encastrable actionneur, par exemple le module 1 relai Z-Wave Plus encastrable de Qubino. Ces modules Z-Wave sont conçus pour être placés dans une boite d’encastrement, typiquement entre l’interrupteur et la charge.

      Et vous pouvez faire une association Z-Wave directe entre le premier et le second module, pour faire en sorte que le second module change toujours d’état en fonction du premier. Ici la communication est directe, sans passer par un scénario domotique (bien qu’il soit nécessaire que les deux appareils soient inclus dans le même réseau).

      Bref, il y a le moyen de faire la même chose avec un module Z-Wave, mais ça ne sera pas via un module Z-Wave qui détecte la présence d’un courant 230V.

      • Merci pour votre retour, mon cas est le suivant :
        J’ai un interrupteur pour une lampe extérieur.
        Je suis en train d’installer des lampes extérieures que je ne peux relier à l’interrupteur actuel.
        D’après vous un module EVERSPRING Z-Wave HAC01 connecté à l’interrupteur actuel, et un module QUBINO ZMNHAD1 relié à l’alimentation des spots, ne pourrai pas faire fonctionner les spots extérieur grâce mon interrupteur?

  2. Bonjour,
    je souhaite faire la meme chose mais avec du z Wave mais je ne comprends pas la derniere phrase de Pierre
    « Bref, il y a le moyen de faire la même chose avec un module Z-Wave, mais ça ne sera pas via un module Z-Wave qui détecte la présence d’un courant 230V. »
    Pouvez-vous m’ « éclairer » ?
    Merci

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page