La domotique par CPL simple et intuive avec la gamme Wattcube de Wattlet

Wattlet est une société de la région Toulousaine spécialisée dans l’électronique et la communication. En début d’année, ils ont lancé toute une gamme de produits nommée Wattcube. Le principe de cette gamme : toute une panoplie de relais associables entre eux pour s’envoyer des instructions de déclenchement par CPL (courants porteurs de ligne).

Les avantages sont multiples et nous allons les présenter au fur et à mesure de l’article, mais les principaux qu’on peut déjà évoquer sont :

  • Installation électrique très simple : il suffit de relier chaque module Wattlet au réseau électrique d’une part, et à une charge ou un interrupteur d’autre part. Pas besoin de relier directement chaque charge à chaque interrupteur.
  • Association entre les interrupteurs et les charges également très facile, via le badge Wattlet (un seul badge permet de mettre toute l’installation en place).
  • Tout se fait par CPL, donc pas d’ondes radio, dans le cas de certaines installation où on ne peut les utiliser. Il n’y a pas de problème possible au niveau de la portée des signaux, puisque tout passe par le réseau électrique : la portée maximale est de 1 km.

La gamme Wattcube

Tout d’abord, jetons un œil à ce que propose Wattlet pour la gamme Wattcube. Tous les modules Wattcube ont une apparence standardisée, disposent d’une LED (qui va être très utile pour l’installation, comme nous le verrons), mais ont de nombreuses fonctions différentes.

Pour les interrupteurs, nous avons 3 modules :

  • Le Wattcube Push permet de relier un interrupteur à l’installation Wattcube.
  • Le Wattcube Push-L est identique au Wattcube Push, mais a également une sortie, typiquement pour une LED sur l’interrupteur
  • Le Wattcube Push 2 a la même fonction que le Wattcube Push, mais prend en charge 2 boutons, donc les interrupteurs doubles
Double interrupteur : le Wattcube Push 2
Double interrupteur : le Wattcube Push 2
Wattcube Power
Actionneur : le Wattcube Power

Et pour les actionneurs, il y a notamment :

  • Le Wattcube Light, dont le but est d’allumer ou éteindre une lampe  ou autre charge de faible puissance (250 VA).
  • Le Wattcube Power, qui peut commuter une charge jusqu’à 1200 VA, et a également une entrée qui lui permet d’être à la fois interrupteur et actionneur. On peut lui relier directement une lampe, mais également une prise électrique.
  • Le Wattcube Win, pour piloter une motorisation de volets roulants. Deux sorties avec une puissance maximale de 250W.

Il y a aussi le Wattcube Badge, qui permet d’associer interrupteurs et actionneurs comme nous allons le voir juste après, et un autre module est en développement : le Wattcube Web, qui permettra aux modules reliés en CPL d’être actionnés via une passerelle IP, et par conséquent d’être interfacés avec une box domotique et des appareils connectés au web !

Test en conditions réelles : la valise de test Wattlet

Wattlet nous a envoyé une valise nous permettant d’essayer une grande partie de leur modules en conditions réelles, à l’usage il s’avère que c’est très intuitif !

Valise de test Wattcube

Tous les modules disposent d’une LED qui indiquent leur état. Et pour les associer, il n’y a pas de bouton à presser : il suffit simplement d’utiliser le badge Wattcube et de le passer devant les modules concernés (un interrupteur et un actionneur). L’installation devient alors très simple, puisqu’il n’y a pas besoin de faire de configuration poussée pour que ça marche. On repère les modules qu’on souhaite associer, on passe le badge, et ça y est, ils sont prêts à fonctionner ensemble !

Voici une vidéo qui présente la gamme Wattcube en général, et ce principe d’association par badge en particulier.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=jymMlYhFmcg[/youtube]

Voyons maintenant plus en détail comment se comportent les modules Wattlet lors de différentes opérations.

Associer un interrupteur et un actionneur

Lorsqu’on passe le badge devant le module d’un interrupteur, ce module se met à clignoter : il est alors en mode programmation.

Association Wattcube par Wattcube badge

Tous les modules Wattcube qui peuvent être atteint par le CPL se mettent à clignoter. Si des modules sont déjà associés, ils allumeront la charge qui leur est liée. Ce mode peut donc être utilisé non seulement pour l’association, mais également pour vérifier quelle installation est déjà en place.

Quand un module interrupteur est en mode programmation, il suffit de passer le badge devant un actionneur pour que, par la suite, l’interrupteur commande l’actionneur.

On repasse ensuite le badge devant l’interrupteur, il sort du mode programmation : les associations « interrupteur/actionneur » sont prises en compte, et  les charges liées et les LED des modules Wattcube s’éteignent.

Puisqu’il est possible de relier plusieurs interrupteurs à un même actionneur, il est très facile de créer un va-et-vient, comme vous le montre cette vidéo :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=HxJEjzVrby8[/youtube]

Utilisation d’un interrupteur double

Nous indiquions qu’il existait le Push 2, un module qui prend en charge les doubles interrupteurs. Il est bien sûr possible de programmer indifféremment les deux parties de l’interrupteur !

Pour ce faire, on passe d’abord le badge devant le module Push 2 (1), puis on appuie sur la touche du double interrupteur qu’on veut assigner (2), et on passe le badge sur la charge-cible (3). Enfin, on repasse le badge devant le module Push 2 pour arrêter le mode programmation.

Wattcube : asso du push 2 en 3 étapes

Il ne reste plus qu’à répéter l’opération pour l’autre partie du double interrupteur !

Dissocier/réinitialiser un interrupteur ou un actionneur

Chaque module Wattcube peut être totalement dissocié du réseau CPL sans pour autant enlever les autres association existantes.

On présente le badge devant le module pendant 5 secondes (jusqu’à ce que la LED clignotante s’éteigne complètement), et il sera réinitialisé : si c’est un interrupteur, il ne déclenchera plus aucun actionneur, et si c’est un actionneur, il ne sera plus déclenchable par un interrupteur, et ce jusqu’à ce qu’on fasse à nouveau des associations.

Vous pouvez voir que vous êtes en mode « réinitialisation », car seul le module au contact du badge a sa LED qui s’allume, en clignotant. Si d’autres LED s’affichent sur les modules Wattcube, c’est que le module s’est mis en mode programmation : interrompez ce mode programmation pour pouvoir faire la réinitialisation.

Un point sur la mémoire interne des modules et la fiabilité

Les associations entre les modules sont stockés dans la mémoire interne de ces modules, qui n’est pas infinie. Cependant, chaque module a une capacité de 32 associations, ce qui sera largement suffisant pour la grande majorité des cas.

Par 32 associations, on entend :

  • 1 interrupteur (ex: Wattcube Push) sur 32 actionneurs (ex : Wattcube Light),
  • 32 interrupteurs sur 1 actionneur.
  • Et par exemple, pour le Wattcube Power qui est à la fois interrupteur et actionneur, on peut lui associer 16 Wattcube Light (contrôlés par l’interrupteur du Wattcube Power) et 16 Wattcube Push (qui serviront à actionner la charge du Wattcube Power).

Toutes les configurations qui n’excèdent pas 32 associations « interrupteur/actionneur » sont possibles.

Qu’en est-il de la fiabilité de la technologie CPL conçue par Wattlet pour sa gamme Wattcube ?

Ils fonctionnent sur une très basse fréquence, ce qui veut dire qu’ils ne génèrent pas de champs électromagnétiques perturbateurs (comme ça peut être le cas pour certains CPL basiques, c’était un des gros reproches faits au CPL). Si vous avez des prises CPL pour distribuer la connexion Internet dans votre domicile, il n’y aura pas de risque de parasitage ou de sécurité, toujours grâce à la basse fréquence des modules Wattlet qui leur permettent de coexister avec des CPL déjà existant.

De plus, le protocole de communication entre les module dispose de systèmes évitant les erreurs : les messages échangés entre les modules ont des accusés de réception et sont transmis avec un système anti-collision (CSMA/CD). On arrive donc à une haute fiabilité : le risque de perte d’une commande est de 1 sur 40 millions.

On a donc ici un protocole bien optimisé.

À venir : compatibilité entre Wattcube et votre système domotique !

Wattlet va également sortir très prochainement le Wattcube Web, une passerelle entre d’une le réseau électrique sur lequel sont reliés les modules Wattcube en CPL, et d’autre part, soit une interface RS-485, soit une entrée Ethernet.

Schéma du Wattcube Web

À la clef, la possibilité de voir directement les modules existant, mais aussi de créer des url qui permettra à une box d’actionner les charges reliées aux modules Wattlet.

Wattlet web : présentation des modules

Via un scénario ou via un appareil virtuel (selon la box), il sera donc possible d’allumer et éteindre les lampes (ou autres appareils reliés aux actionneurs Wattlet) via une box domotique… Et donc de les utiliser dans des scénarios !

Wattlet web : URL de commande

Rendez-vous en septembre pour la sortie du Wattcube Web, nous lui consacrerons très certainement un article.

Conclusion

Vous l’avez vu, la solution Wattcube apporte de nombreuses possibilités. Parmi ses qualités, on relèvera qu’elle est tout d’abord très fiable, utilisant d’une façon différente le principe des CPL qu’on connaissait déjà. Elle garde cependant tous les avantages du courant porteur de ligne : portée et simplicité d’installation.

L’installation est très simple puisqu’on peut se relier à n’importe quel point de l’installation où on a accès à la phase et au neutre : pas besoin de relier une ampoule et un interrupteur, il suffit de placer un module Wattcube entre l’un des deux et les lignes électriques. Donc, même dans le cadre d’une rénovation, c’est un système qui n’est pas lourd à installer.

La programmation via le badge est extrêmement intuitive. Il suffira de trois étapes : passer le badge devant l’interrupteur, puis devant l’actionneur qu’il doit piloter, et à nouveau devant l’interrupteur. Les LED des modules Wattlett permettent à tout moment de savoir où on en est dans l’opération et si les modules ont bien reconnu le passage du badge. Un avantage est qu’on demande l’association directement au niveau des appareils eux-même : pas besoin de savoir comment on a appellé une lampe pour faire une programmation : il suffit de passer le badge dessus. C’est un gain de temps et un moyen d’éviter d’éventuelles erreurs de raccordement.

Et avec en plus la perspective de pouvoir contrôler les actionneurs via une box domotique avec la passerelle Web, Wattcube s’impose comme une solution de domotisation très intéressante, avec en plus une gamme de modules assez variés pour répondre à tous les besoins. Nous sommes plutôt convaincus, et vous ?

A propos Pierre

Technophile, ludophile et bidouilleur dans l'âme, j'aborde les nouvelles technologies avec passion, curiosité et ouverture d'esprit. Je faisais partie de l'équipe de Planète Domotique de juin 2013 à mai 2017, d'où l'écriture de nombreux articles de blog pendant cette période.

A voir aussi

Box Ubiwizz

Découverte de la Wizzbox, une box domotique EnOcean au format DIN

Wizzbox d’ubiwizz est une box domotique qui permet de gérer de nombreux protocoles (EnOcean, Z-Wave, …

5 commentaires

  1. Le prix des modules est par contre moins sympathique :/

  2. @kadmelia
    Peut être mais ça reste moins cher que des fibaro pour qq chose de plus sécurisé que le sans fil et moins sujet a des pertes de réseau.
    Tu voulais pas aussi un truc gratuit? 😉

  3. Je vois surtout l’intérêt de ne pas avoir à géré des piles, je me trompe?

  4. Non mais c’est sur que par rapport à du z-wave, ya des vrais avantages. Surtout en rénov.

    Et non, bien entendu que je ne suis pas adepte du « tout gratuit » qui est à la mode. Mais bon, 50€ pour équiper un éclairage, multiplié par le nombre de pièces, ça chiffre vite.

    Après si le protocole est relativement ouvert et qu’on peut s’interfacer facilement dessus, pourquoi pas.

  5. @kademlia
    Je suis aussi en train d améliorer l existant et j en ai pour une pincée. 7 volets roulants, des lumières, cam, météo…
    Rien ne t empêche d en faire un peu chq mois ou tous les 2 mois. C est ce que je fais en achetant chez planet domo régulièrement. Le service est hies pair. On est pas tous crésus. Loin de là 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *